Fiche précédente
Première fiche
     Vienne
Page d'accueil
Fiche suivante
Dernière fiche
Recherche


801
- Poitiers - Châtellerault

 
 
I. AMBIANCE PAYSAGERE
II. DYNAMIQUE ET ENJEUX DE PAYSAGE DU SECTEUR POITIERS-CHATELLERAULT

II. DYNAMIQUE ET ENJEUX DE PAYSAGE DU SECTEUR POITIERS-CHATELLERAULT
 


      II.1. PRINCIPALES DYNAMIQUES


           Urbanisation

Elle est marquée par une véritable explosion depuis la dernière guerre, allant aujourd’hui jusqu’à la quasi-continuité urbaine.


           Tourisme

La création du Futuroscope, et de l’aire d’influence qu’il suscite, reste un grand événement pour ce territoire.


           Infrastructures

Depuis plusieurs décennies, le réseau d’infrastructures a déterminé les développements urbains, confortant ainsi cette rupture avec le socle paysager.


           Dynamique démographique et socio-économique des bassins d’emploi L'agglomération de Poitiers : la zone la plus peuplée de la région

Avec ses 212 000 habitants, Poitiers est le bassin d'emploi le plus peuplé de la région Poitou-Charentes. La population y est jeune et en forte croissance, grâce à la fois aux mouvements naturel et migratoire. Cette zone, siège du centre hospitalier régional, de l'université, des administrations, est une zone d'activités essentiellement tertiaires. Ici, 71 % des emplois appartiennent à ce secteur contre 60 % pour l'ensemble de la région. Ce sont les services qui sont très développés, au détriment du commerce qui est moins représenté qu'en région. L'activité commerciale perd même des emplois sur la période 1982 - 1990, alors que sur l'ensemble de la région elle est en croissance. L'industrie, peu présente, est très diversifiée. Ses trois premiers secteurs : la fabrication de pièces pour l'automobile et pour l'industrie et la fabrication de pneumatiques, regroupent seulement 25 % des emplois industriels contre près de 60 % dans des zones à industries très spécifiques telles que Cognac ou Montmorillon. La zone compte près de 85 000 actifs, c'est le premier effectif parmi les zones d'emploi de la région. L'intensité des départs de la zone vers le reste de la France est moyenne dans l'ensemble de la population, un peu plus forte si on se limite aux seuls actifs. Les départs sont nombreux parmi les cadres. L'emploi de l'agglomération est géographiquement très concentré. Il est essentiellement localisé sur la ville de Poitiers et sur quelques communes limitrophes. Ainsi, 71 % des déplacements inter-cantonaux de la zone, soit 21 000 personnes, se font vers la commune-centre. Seuls trois cantons : Mirebeau, Lusignan et Couhé, aux extrémités nord et sud de la zone subissent moins l'attraction de la capitale régionale. Ici, les nombres d'emplois et d'actifs résidants sont à peu près équivalents. La zone d'emploi délimite un bassin d'emplois bien fermé puisque 93 % des actifs occupés résident et travaillent dans la zone. Elle exerce aussi son influence sur les zones voisines de Châtellerault et Montmorillon. Comme pour les autres agglomérations de la région, c'est la ceinture périurbaine, très étalée, qui concentre la croissance démographique et économique, au détriment de la ville-centre. Les implications sont fortes pour l'évolution du paysage et le fonctionnement de l'espace, en particulier aux sorties de ville le long des principales voies de communication où l'éparpillement des établissements industriels ou commerciaux est de plus en plus sensible : le long de la RN 11 vers Niort à l'ouest et surtout le long de la RN 10, au sud en direction d'Angoulême et au nord, vers le Futuroscope et Châtellerault. Cette évolution doit certainement faire l'objet d'une réflexion : un paysage industriel dont l'identité a été pensée et dont l'emprise spatiale a été délimitée est certainement préférable à la formation d'un paysage industriel spontané, obéissant aux seuls impératifs économiques et dont la tendance naturelle est de se diluer sur des territoires au détriment de leur identité. Cette nécessité d'un aménagement paysager et spatial pensé, concerne également les communes périurbaines de l'agglomération de Poitiers. La densification des espaces résidentiels périurbains et l'avancée du front périurbain sur des terres autrefois agricoles doivent être accompagnées d'un projet d'aménagement paysager et spatial visant à limiter là encore, la dilution et un étalement résidentiels exagérés, sans cohésion et donc sans identité.


           La région de Châtellerault : l'étalement des espaces périurbains de la ville de Châtellerault, la mise en place d'une continuité industrielle et de peuplement avec le bassin d'emploi de Poitiers

Cette petite zone très urbanisée compte 82 000 habitants. Elle fait naturellement partie de l'arc de peuplement de la région et compte parmi les secteurs démographiques les plus dynamiques. La périurbanisation y est particulièrement bien visible : si la commune-centre perd de ses habitants, les communes périphériques enregistrent toutes des gains de population. L'activité de cette zone qui recouvre assez bien l'aire d'influence de l'agglomération de Châtellerault (près de 35 000 habitants en 1990) en matière d'emploi, est essentiellement industrielle. Plus d'un actif sur trois est employé dans ce secteur, ce qui représente la plus forte proportion dans la région. Cette activité industrielle s'est réduite entre 1982 et 1990, mais moins rapidement qu'en moyenne dans le reste de la région. Toutefois, cela a concouru à l'augmentation du taux de chômage qui, en 1997, s'établissait à 14,2 % (contre 13,2 % pour la région). Près d'un emploi sur deux est un emploi ouvrier. Les autres catégories socioprofessionnelles sont sous-représentées par rapport au reste de la région. L'industrie de la zone est en grande partie une industrie de biens d'équipement, avec la fabrication de pièces pour l'automobile et l'aéronautique. Ce secteur regroupe près de la moitié des emplois industriels et des grands établissements. C'est aussi une industrie de biens de consommation (vêtements, chaussures, conserves). En 1990, 13 % des actifs résidant dans la zone, quittent la zone d'emploi pour rejoindre leur travail. Peu d'entre eux passent la frontière régionale, la plupart se dirigent vers le bassin d'emploi de Poitiers. Sur la zone, les déplacements domicile-travail sont nombreux : 12 000 personnes, soit près d'un actif sur deux résidant dans la zone, quitte son canton de domicile pour rejoindre son emploi. Pour 5 000 d'entre elles, cet emploi est localisé à Châtellerault. L'importance de ces migrations est significative. Elle est en effet le reflet de l'importance des déplacements quotidiens domicile-travail entre les espaces résidentiels périurbains et les espaces à vocation industrielle situés dans la première couronne industrielle de la ville pour les plus anciens ou relégués sur les franges de l'agglomération le long des grands axes de transport pour les plus récents.


           Evolutions actuelles

L’agglomération semble à la fois continuer de se développer le long de son axe initial, et déborder au-delà des limites dessinées par les vallées ou les infrastructures. L’autoroute ne semble pas avoir été considérée comme une limite identifiable, comme le prouvent certaines extensions (route de Parthenay, vers Migné-Auxances, etc).

retour en haut de page

Quelques croquis (auteurs CASSINI, C. DOLLFUS-AMMOUR, paysagistes):   Croquis 1 : cliquer pour le voir    Croquis 2 : cliquer pour le voir


cliquez pour agrandir la photo
cliquez pour agrandir la photo

fiche illustrée
au format pdf :

287.31 Ko

Opérateur technique : ORE - http://www.observatoire-environnement.org - liste des pages
Membre actif du RPAPN : http://www.biodiversite-poitou-charentes.org/