Fiche précédente
Première fiche
     Vienne
Page d'accueil
Fiche suivante
Dernière fiche
Recherche


703
- Les Vallées du Clain et de ses affluents

 
 
I. L'AMBIANCE PAYSAGERE
II. DYNAMIQUES ET ENJEUX DE PAYSAGE DE LA VALLEE DU CLAIN ET DE SES AFFLUENTS

I. L'AMBIANCE PAYSAGERE
 


      I.3.LECTURE DE L'ENTITE PAYSAGERE


           Franges

Les diverses vallées du système du Clain s'inscrivent dans des contextes divers avec lesquels elles forment contraste. Dans la Gâtine, les cours amont de la Vandelogne, de l'Auxances et de la Vonne valorisent le paysage bocager sur leurs flancs inclinés. Les reliefs plus marqués des mêmes rivières strient le bocage des terres rouges et des contreforts du Bocage. Ailleurs, les types de rapport entre les vallées et leur environnement sont comparables, qu'il s'agisse des secteurs de taillis des terres rouges, des terres de brande, ou de la plaine de Neuville. Dans les environs de Poitiers, en revanche, les vallées se rapprochent les unes des autres, au point de définir entre elles un secteur spécifique : en les recoupant fortement, les vallées atténuent les caractères des grandes unités de plaine recouvertes en outre par la forêt et par le développement urbain. Ici ou là, les vallées jouent un rôle de seuil ou de frontière indéniable entre des secteurs de territoire : elles instaurent dans les parcours des « sas » de perception. Souvent, elles coïncident avec les limites des grandes unités de plaine : c'est le cas du Clain entre les terres rouges et les terres de brandes, de la Bouleur et de la Vonne aux limites des terres rouges bocagères. Avec les contrastes parfois très forts qu’elles engendrent, et bien que les surfaces qu’elles occupent soient minoritaires, les vallées jouent ici pour les territoires qu’elles traversent, un rôle d’effigie paysagère. Elles jouent en quelque sorte pour les paysages, et à l’échelle des pays, un rôle comparable à celui des monuments, pour les villes.


           Perception par le réseau routier

C’est presque l’élément le plus déterminant de la perception et de la présence sensible des paysages de la vallée du Clain et de ses affluents. Le parcours de la RN10 emprunte la vallée du Clain entre Châtellerault et Poitiers, il en est de même pour le TGV : cependant, ce passage ancien a suscité un tel développement urbain et industriel que la perception de la vallée ne se fait qu'à l'occasion de quelques fenêtres, de ci de là, où l'on peut apercevoir le profil d'un coteau ou une peupleraie en fond de vallée. L'autoroute A10 n'a pas choisi la vallée, qu'elle longe dans les plaines en rive gauche, et ne fait que traverser les vallées adjacentes de l'Auxances et de la Boivre, sans que cela constitue d'ailleurs d'événement marquant sur le trajet. Ailleurs, les parcours routiers ne permettent pas de suivre en continu le cours des rivières : quelques tronçons seulement, et par de petites routes, suivent le trajet de l’eau. Le réseau principal emprunte en effet de préférence les crêtes ou peut suivre, en parallèle sur le plateau, le dessin de la vallée mais sans y plonger. Les rencontres se situent surtout aux franchissement, sans que ceux-ci n’occasionnent de véritables perceptions des vallées tant est présente la végétation, et à l’approche des agglomérations, là où les paysages naturels des vallées sont touchés par le développement urbain… Certains tronçons ne sont pas distribués du tout : Menuse et Miosson n'ont pas de route, et par conséquent pas (ou peu) d'urbanisation… Certaines portions peuvent se découvrir tranquillement par la promenade. Les agglomérations offrent aux regards de véritables paysages (urbains) de vallées, associant la rivière, le relief au patrimoine bâti. Le chemin de randonnée permet de suivre à pied le cours de la rivière. Les randonneurs ont ainsi l’expérience sensible de la vallée en continu, comme une entité et non comme une série de petites scènes. Le système de vallées du Clain et de ses affluents est concerné par un réseau de GR assez dense pour la région, et implique une attente de paysage plus vive. Le GR 364 emprunte dans sa totalité la vallée de la Vonne, sans toutefois suivre systématiquement le cours de la rivière. Il descend ensuite le Clain de Vivonne à Iteuil, où il semble avoir des difficultés à suivre le cours même de la rivière. Il rejoint Poitiers par les forêts puis quitte à Poitiers en même temps que le cours du Clain. Autour de Poitiers, le GR de pays dit « des batailles de Poitiers » permet de cheminer, par la boucle ouest, dans les vallées de l'Auxances et de la Boivre, sans toutefois rejoindre Poitiers. Les chemins bifurquent en effet et quittent les vallées à Vouneuil et à Quinçay. La partie est ne fréquente que de petits tronçons de vallée, Miosson à Nouaillé, et Ensoulesse.


           Principaux points de vue

Malgré le potentiel occasionné par le relief, les points de vue sont rares, et restent limités à de petites scènes. Les plus spectaculaires relèvent de paysages urbains. A Poitiers, le parc de Blossac organise une des très rares vues sur la vallée, offrant au visiteur la position de la sentinelle. A Lusignan, la promenade de Blossac ne présente pas de vue aussi spectaculaire, mais elle pourrait mieux tirer profit de sa position élevée, surtout si le fond de la vallée était un tant soit peu dégagé.

retour en haut de page

Quelques croquis (auteurs CASSINI, C. DOLLFUS-AMMOUR, paysagistes):   Croquis 1 : cliquer pour le voir    Croquis 2 : cliquer pour le voir


cliquez pour agrandir la photo
cliquez pour agrandir la photo

fiche illustrée
au format pdf :

235.34 Ko

Opérateur technique : ORE - http://www.observatoire-environnement.org - liste des pages
Membre actif du RPAPN : http://www.biodiversite-poitou-charentes.org/