Fiche précédente
Première fiche
     Vienne
Page d'accueil
Fiche suivante
Dernière fiche
Recherche


305
- Les Terres Rouges, secteur Bocager

 
 
I. L'AMBIANCE PAYSAGERE
II. DYNAMIQUES ET ENJEUX DE PAYSAGE DES TERRES ROUGES – SECTEUR BOCAGER

I. L'AMBIANCE PAYSAGERE
 


      I.1. « ELEMENTS D' ANTICIPATION »

Recueillis dans des documents forts divers (écrits, dessins, peintures, photographies...), les « éléments d’anticipation » synthétisent les descriptions faites d’un territoire. Ils revêtent un rôle primordial dans le domaine du paysage puisqu’ils agissent en tant que filtres (préalables) à notre perception collective. Selon leur nature, selon l’absence ou la force des « modèles » qu’ils véhiculent, selon l’étendue de leur diffusion, ils modulent sensiblement notre perception du paysage.

Pour décrire la France, le géographe Paul Vidal de la Blache (1) caractérise les territoires en faisant appel à leurs traits de contraste les plus vifs ; ce faisant, il inscrit dans l’imaginaire collectif la différenciation capitale entre les bocages et les campagnes. Relayé par les cours de géographie de l’école, cette caractérisation fonde l’un des schémas d’identification les plus puissants qui nous aident à percevoir les paysages : le bocage constitue, dans nos esprits, un type extrêmement fort, qui donne un lien (et une existence d’ensemble) aux éléments que nous percevons. L’entité paysagère des « Terres rouges, secteur bocager » fait partie de ce type de paysages. Du point de vue des représentations picturales ou photographiques, elles se sont avérées très peu nombreuses au cours des travaux d’inventaire sur le secteur. Il est vrai que le paysage bocager ne présente pas facilement de vue d’ensemble, sinon en avion ou du haut des châteaux d’eau (c’est le cas des rares photos apparaissant dans les guides touristiques et géographiques), et se goûte de préférence lors de déplacements. Il n’en reste pas moins vrai que le bocage, dans l’imaginaire, condense une idée de campagne pastorale, arborée, variée, calme, authentique, dont les représentations mentales sont moins le fait de paysages grandioses, que de petites scènes au sein desquelles les arbres, les prés, les animaux, composent un cadre accueillant, plaisant et frais. De nos jours, pour les défenseurs de la nature, s’y ajoute l’identité d’un paysage menacé par le remembrement et l’industrialisation de l’agriculture ; il est parfois même assimilé à une espèce en voie de disparition.
NB : Bien que n’étant pas intégralement bocagères, les terres rouges sont très souvent nommées et associées au seul bocage : « le bocage des terres rouges ». La présente fiche ne s’intéresse qu’à la partie véritablement bocagère des terres rouges, « les terres rouges, secteur bocager », qui contraste avec un autre secteur plus ouvert « les terres rouges à taillis » et faisant ici l’objet d’une fiche spécifique (203).

retour en haut de page

Quelques croquis (auteurs CASSINI, C. DOLLFUS-AMMOUR, paysagistes):   Croquis 1 : cliquer pour le voir    Croquis 2 : cliquer pour le voir


cliquez pour agrandir la photo
cliquez pour agrandir la photo

fiche illustrée
au format pdf :

248.4 Ko

Opérateur technique : ORE - http://www.observatoire-environnement.org - liste des pages
Membre actif du RPAPN : http://www.biodiversite-poitou-charentes.org/