Fiche précédente
Première fiche
     Vienne
Page d'accueil
Fiche suivante
Dernière fiche
Recherche


303
- Les Contreforts de la Gâtine

 
 
I. L'AMBIANCE PAYSAGERE
II. DYNAMIQUES ET ENJEUX DE PAYSAGE SUR LES CONTREFORTS DE GATINE

I. L'AMBIANCE PAYSAGERE
 


      I.4. ANALYSE PAR MOTIFS


           Relief et roches

Comme on l’a vu, le relief est à la fois moins tourmenté que sur les hauteurs, mais aussi plus contrasté avec les motifs des vallées.


           Eaux

Si les sources ne sont plus le point marquant, les retenues d’eau, en revanche, trouvent ici les conditions idéales de leur implantation, et on les retrouve en nombre.


           Végétation

C’est le motif primordial du bocage, dont la haie constitue tant l’emblème que le principal élément de structuration de l’espace, et aussi l’essentiel des motifs visibles. La densité du réseau des haies va donc singulièrement déterminer l’ambiance des secteurs de bocage. Mais il faut également rappeler à quel point la position, la composition des haies et leur mode d’entretien sont importants pour déterminer la perception des paysages. Le degré d’opacité, la position vis à vis des routes et chemins, conditionnent la visibilité des territoires. Il y a par exemple une grande différence entre les haies opaques sur toute leur hauteur, et les haies qui associent une haie basse taillée sous une futaie, qui restent présentes pour assurer l’identité du bocage, et autorisent des vues dont elles forment un premier plan de grande qualité. La composition végétale et l’entretien vont aussi déterminer la matière végétale, les floraisons, la richesse floristique des motifs (on dit qu’une haie s’enrichit tout au long de son existence, et que les plus belles sont plusieurs fois centenaires). Enfin, le bocage présente depuis fort longtemps des types de composition floristique, formés avec les végétaux adaptés au climat, au sol, aux fonctionnalités des haies, et qui sont inscrites dans les yeux. Quand les gammes végétales s’en écartent, comme les haies de résineux aux abords des villages, il n’est plus possible de les associer au réseau général, dont le caractère de continuité rurale se trouve alors brisé. Sur les contreforts, le réseau paraît moins dense et moins continu que sur les hauteurs.


           Motifs construits

Le bocage fait contraste avec la plaine par son réseau de haies, mais aussi par la répartition du bâti : aux villages fortement regroupés de la plaine s’oppose la dispersion des établissements humains du bocage. Les petites unités de ferme et des hameaux, les châteaux et les manoirs isolés, forment une poussière bâtie très caractéristique. Mais il faut rappeler le cloisonnement de l’espace, qui fragmente la perception en petites unités, et camoufle une grande partie des établissements, protégés des regards par le réseau dense des haies…ce qui permet aux volumes récents nécessités par l’élevage, ou aux industries dispersées, de rester le plus souvent cachés derrière les écrans du bocage. Pour les mêmes raisons, quand un bourg ou un village apparaît, ce n’est pas au loin : le système bocager fait subitement place à quelques rues, et se referme ensuite aussi vite. Aucune agglomération d’importance ne prend place dans le secteur : Bressuire y présente sa face nord, mais il s’agit là du résultat d’un découpage assez arbitraire.


           Motifs des réseaux

La dispersion du bâti, ainsi que l’ancienneté du parcellaire, durabilisé par la fixité des haies, conduisent à un réseau dense de petites routes et d’innombrables chemins, aux parcours pas toujours directs, qui contribuent au sentiment d’enfouissement que procure le bocage. Par contraste, les routes récentes semblent appartenir à un autre territoire. Les chemins creux, bordés de haies établies sur des levées de terre, recouverts par la frondaison des arbres, forment un des motifs les mieux marqués du bocage, très apprécié par les randonneurs par temps chaud. Quant aux routes, elles occasionnent une certaine frustration : les haies qui les bordent sont le plus souvent entretenues à l’économie, taillées verticalement sans transparence, et ne présentent que trop peu d’échappées visuelles sur les scènes du bocage…et quand il en apparaît une, la route trop étroite ne permet pas de stationner pour en profiter.

retour en haut de page

Quelques croquis (auteurs CASSINI, C. DOLLFUS-AMMOUR, paysagistes):   Croquis 1 : cliquer pour le voir    Croquis 2 : cliquer pour le voir


cliquez pour agrandir la photo
cliquez pour agrandir la photo

fiche illustrée
au format pdf :

242.67 Ko

Opérateur technique : ORE - http://www.observatoire-environnement.org - liste des pages
Membre actif du RPAPN : http://www.biodiversite-poitou-charentes.org/