Fiche précédente
Première fiche
     Vienne
Page d'accueil
Fiche suivante
Dernière fiche
Recherche


302
- Le Bocage Bressuirais

 
 
I. L'AMBIANCE
II. DYNAMIQUES ET ENJEUX DE PAYSAGE EN GATINE ET BOCAGE BRESSUIRAIS

I. L'AMBIANCE
 


      I.3. LECTURE DE L'ENTITE PAYSAGERE


           Franges

Bocage et Gâtine forment un des grands blocs de paysage pour la région, en symétrie avec le bocage « limousin » des Terres froides. Les secteurs désignés dans la présente fiche recouvrent la partie la plus haute du socle ancien, celle où se manifeste avec le plus d’intensité, recouvert par la maille du bocage, le foisonnement des sources, des cours d’eau et des vallons. Ce système est lui-même le prolongement du Bocage vendéen, appartenant à la grande région des paysages armoricains. Il forme une pointe qui se recouvre, au nord et au sud, par les roches sédimentaires et les grandes plaines qui les recouvrent : il y a là un des contrastes qui caractérisent fortement le Poitou. Les rebords du socle perdent cependant progressivement les caractères marqués du relief et de l’hydrographie, et font l’objet de descriptions spécifiques : « Entre plaine et Gâtine » au sud, avant la plaine de Niort, et « contreforts de la Gâtine » au nord et à l’est, avant le contact avec les plaines de Neuville et Thouars. Il n’y a donc pas de seuil marqué : la substance de la Gâtine ou du Bocage s’aborde et se quitte progressivement.


           Perception par le réseau routier

Une particularité du secteur vient de son réseau foisonnant de vallons, orientés en tous sens du fait de la position de crête. Les routes, reliant les localités, et tracées comme on l’a vu en ligne droite, ne peuvent que recouper ce système, et en particulier les vallons : aucun n’est suffisamment marqué ni tracé de sorte à accueillir un itinéraire préférentiel. Les motifs du paysage, appuyés sur le relief, sont ainsi perçus de biais ou par leur travers. La position des routes, souvent en crête, permet cependant des vues dominantes, mais fortuites, et il est rarement possible de trouver où s’arrêter pour en profiter. De même, les articulations avec les chemins piétons ne sont pas évidentes. Il est vrai qu’historiquement, le secteur n’a jamais été un territoire de passage, les grands parcours aillant toujours préféré les plaines toutes proches.


           Principaux points de vue

Le Terrier du Fouilloux, point haut du secteur, reste pour l’heure assez décevant, en terme d’aménagement et d’ouverture sur le paysage, pour l’observation et la contemplation. Il existe peut-être d’autres sommets mieux adaptés à la jouissance des paysages (aucun autre n’est indiqué sur les cartes). Celui ci, bien que signalé comme une promesse de point de vue, n’offre pas une mise en conditions « à la hauteur » de sa position ! Le site offre potentiellement une occasion rêvée de bénéficier, en travaillant les positions de belvédère et les beaux dégagements sur ce territoire (dont il est rare de pouvoir apprécier le développement dans l’espace), d’une vue majeure sur les paysages environnants.

retour en haut de page

Quelques croquis (auteurs CASSINI, C. DOLLFUS-AMMOUR, paysagistes):   Croquis 1 : cliquer pour le voir    Croquis 2 : cliquer pour le voir


cliquez pour agrandir la photo
cliquez pour agrandir la photo

fiche illustrée
au format pdf :

265.32 Ko

Opérateur technique : ORE - http://www.observatoire-environnement.org - liste des pages
Membre actif du RPAPN : http://www.biodiversite-poitou-charentes.org/