Fiche précédente
Première fiche
     Vienne
Page d'accueil
Fiche suivante
Dernière fiche
Recherche


202
- Les Terres de Brandes

 
 
I. L'AMBIANCE PAYSAGERE
II. DYNAMIQUES DE PAYSAGE DANS LES TERRES DE BRANDES
III. LES ENJEUX DE PAYSAGE

III. LES ENJEUX DE PAYSAGE
 


      III.1. DIAGNOSTIC PAYSAGER


           Atouts et faiblesses

C’est une campagne très « retirée », qui ne présente ni l’abandon des terres trop difficiles, ni le pittoresque des campagnes vallonnées : les terres de brandes portent l’image d’une campagne très calme. Ses principaux atouts reposent sur la présence des motifs végétaux, sur la belle forme que prennent les chênes dans ces terres difficiles. Les faiblesses viennent de l’entretien difficile des mêmes motifs, qui procure un sentiment de « pas fini »…mais il faut remarquer que les paysages actuels sont, part rapport à d’autres secteurs, très récents historiquement : les terres de brandes n’ont pas encore trouvé leur « maturité paysagère », et doivent encore préciser l’image à laquelle répondront les pratiques.


           Menaces

Ce sont celles que représente un abandon d’entretien plus marqué encore, et qui laisserait les motifs actuels à la fois se dégrader, et sans postérité. Ce sont celles d’un développement urbain et économique qui considérerait le paysage des terres de brandes trop peu valable pour mériter d’être pris en compte dans la composition des nouveaux espaces (exemple de Montmorillon). Certains types de landes présents dans la région, comme les landes humides ou tourbeuses, sont considérés comme fortement menacés au niveau européen et inscrits en tant que telles à l’annexe III de la Directive Habitats de la CEE (1989). Du fait, dans la région, les landes sont soumises à de nombreuses menaces et elles ont connu au cours des dernières décennies une très forte régression tenant à trois causes essentiellement : - le défrichement en vue de la mise en culture, malgré les caractéristiques peu favorables de leurs sols, souvent engorgés d’eau en hiver et trop secs en été mais toujours pauvres en substances nutritives (en partie compensés par un apport important d’engrais).
- l’enrésinement (qui substitue à un écosystème complexe, un milieu pauvre et souvent simplifié à l’extrême) est en fait une culture « déguisée ». Les landes du sud de la Charente, de la Charente-maritime et de la Vienne disparaissent ainsi rapidement, sous l’effet d’une politique très active d’enrésinement, notamment à base de Pin maritime. Ce fait est d’autant plus grave qu’il est souvent précédé, dans les secteurs très humides, de drainages profonds qui endommagent irrémédiablement les rares tourbières au sein de ces landes.
- Enfin, soumises traditionnellement à un pâturage extensif, voire à des incendies volontaires circonscrits qui en empêchant le développement des arbres maintenaient leur intégrité, les rares landes subsistant aujourd’hui sont dans leur majorité très menacées par l’invasion de la forêt. Seule une gestion active basée sur le débroussaillage périodique et l’étrèpage local (décapage de l’épaisse couche d’humus mal décomposé), pourrait assurer la sauvegarde de leur valeur biologique.


           Potentialités

Elles résident essentiellement dans la présence des motifs de la végétation, qu’il reste à entretenir, à pérenniser, et à compléter, notamment dans le rôle qu’ils doivent jouer au bord des routes. Un autre potentiel est celui des brandes, quasi disparues, mais qui représentent une double valeur : celle d’un paysage oublié, mais porteur d’une mémoire spécifique (terres pauvres pâturées extensivement), ainsi que celle d’une formation végétale au potentiel environnemental fort, et dont le paysage émerge dans l’époque actuelle comme une valeur d’expression de la nature (paysages de friches) en même temps que plastique (floraison et matière des genêts, ajoncs, bruyères…)


           Pointage des évolutions en cours les plus marquantes

Tournant agricole : l’agriculture a connu un formidable bouleversement après les années 50, dont les remembrements ont été les signes les plus marquants dans le paysage. Tout indique une nouvelle évolution pour les années à venir. Les modalités actuelles (techniques et subventions) atteignent aujourd’hui leur limites, et les effets secondaires du système impliquent une remise en cause, notamment en raison des surproductions et des craintes sur la durabilité des ressources. De nombreuses réflexions sont en cours afin de tenir compte des rôles importants que joue la profession agricole dans le domaine de l’environnement et dans la vitalité des territoires. Elles impliqueraient une évolution notable des techniques d’exploitation, ayant des incidences sur l’apparence des territoires dont la spécialisation des productions serait moins marquée. La qualité des paysages peut s’inscrire dans ces projets, aux côtés des critères économiques et environnementaux, de sorte à ne pas reproduire les erreurs de l’approche trop fonctionnelle des remembrements d’autrefois. Il sera ainsi possible de reconnaître et valoriser ce que l’agriculture apporte aussi à la société comme créatrice des espaces et des ambiances des territoires qu’elle anime.


           Eléments d'identification d'un projet communautaire de paysage

Le déficit criant de représentation des terres de brandes entraîne sûrement pour une part les défaillances d’entretien de son paysage. Un travail de diffusion des paysages potentiels du secteur sera nécessaire pour entraîner les énergies. Le thème, plastique et sémantique, des beaux chênes aux formes dessinées, paraît très prometteur, en particulier dans ses formes libres au bord des routes et dans les parcelles de prairies.

retour en haut de page

Quelques croquis (auteurs CASSINI, C. DOLLFUS-AMMOUR, paysagistes):   Croquis 1 : cliquer pour le voir   


cliquez pour agrandir la photo
cliquez pour agrandir la photo

fiche illustrée
au format pdf :

244.68 Ko

Opérateur technique : ORE - http://www.observatoire-environnement.org - liste des pages
Membre actif du RPAPN : http://www.biodiversite-poitou-charentes.org/