Fiche précédente
Première fiche
     Vienne
Page d'accueil
Fiche suivante
Dernière fiche
Recherche


104
- Les Plaines de Neuville, Moncontour et Thouars

 
 
I. L’AMBIANCE PAYSAGERE
II. DYNAMIQUES ET ENJEUX DE PAYSAGE DANS LES PLAINES DE CHAMPS OUVERTS

II. DYNAMIQUES ET ENJEUX DE PAYSAGE DANS LES PLAINES DE CHAMPS OUVERTS
 


      II.4 - QUELQUES BOITES A IDEES


           Pour la planification

- Définir de façon stricte des zones bâties et des futures zones à bâtir, pour pérenniser le regroupement de l’habitat.
- Planifier l'urbanisation interurbaine sur des territoires susceptibles de subir des mutations importantes dans les années à venir : exemple de l'axe Niort / Saint-Maixent et les conséquences liées à l'échangeur autoroutier.

La détermination des "espaces de respiration", la qualification et le soin portés aux franges.

- Rechercher l’équilibre entre les paysages agricoles et le développement des localités et agglomérations en expansion : le travail mené autour de La Rochelle vise notamment à maintenir des coupures d’urbanisation où la plaine «respire », et surtout identifie les limites à traiter spécifiquement entre ces deux entités. La qualité des coupures d’urbanisation et des limites est aussi valable pour les petites localités.
- A soigner tout particulièrement, en franges, la qualité particulière des secteurs de plaines qui s’étendent au pied des points de vue aménagés sur les rebords des plaines (ex : côte de tuffeau délimitant la plaine de Neuville à Thouars) : ce sont des paysages au sens premier du terme.

Le soin aux objets isolés.

- Prendre en compte la qualité architecturale des objets isolés, grâce à d'éventuels "mini-plans de paysages" aux abords des monuments les plus remarquables (églises romanes en nord Saintonge), et faire une recherche soignée des parcours des lignes électriques…

Un état de veille au respect de "directives ou d'orientations paysagères" dans les documents d’urbanisme des territoires à forte ou moyenne progression démographique.


           Pour l'aménagement

Un état de veille au respect de "directives ou d'orientations paysagères" dans les documents d’urbanisme des territoires à forte ou moyenne progression démographique.

- Prévoir l'aménagement de jardins et de mails pour assurer une transition entre la plaine et les zones construites en plaine de Neuville à Thouars par exemple.

Des projets d'aménagements routiers spécifiques.

- Instaurer une politique de plantations d’alignement le long des routes, en remplacement des haies d’ormeaux pour les secteurs des plaines d'Aunis et du nord de la Saintonge ou, d'autres écrans opaques mal taillés également en plaine de Niort ou, en confortement de parcours touristiques (ex : Futuroscope-Oiron) : à mettre en place par parcours, en commençant par les plus fréquentés.
- Elaborer une composition paysagère de l'autoroute en projet. Dans une plaine, l'idéal consiste en une voie au terrain naturel, en contact direct avec les champs, avec, ponctuellement, quelques motifs de plantations élevés aux troncs dégagés, et des masses boisées au droit des passages supérieurs.

La mise en scène des franchissements de reliefs.

- Valoriser les vues dominantes sur les marais. Exemple des côtes mortes : ces rares motifs du relief restent mal perçus, alors qu’ils dessinent la géographie régionale.

La mise en scène des vallées.

- Dégager des scènes, dans le traitement des franchissements routiers, pour mettre en valeur la présence de l’eau et de la végétation spécifique, y compris dans la matière transparente des peupleraies.

Les réflexions concertées dès la phase de programmation.

- Orienter par des cahiers des charges exigeants la composition paysagère des futures retenues et autres bassins de rétention en eau, dés la phase de programmation. Même préconisation concernant les infrastructures aériennes pour éviter l'envahissement du ciel.

Des projets spécifiques autour de la réutilisation d'éléments végétaux ou bâtis caractéristiques de secteurs.

Exemple : les noyers isolés tendent à disparaître dans certains secteurs de la plaine de Neuville à Thouars.
- Les réintroduire –toujours en isolés– le long des chemins et autres voies secondaires publiques, à distance néanmoins suffisante des parcelles de culture afin de ne pas entraver la circulation et l'évolution des machines agricoles les plus volumineuses.


           Pour la gestion et l'entretien

La "programmation" d'espaces dégagés autour de sites remarquables non réglementés

- Limiter la culture des peupliers aux parcelles réellement exploitables, et les remplacer par un mode de gestion laissant l’espace dégagé autour des châteaux forts et donjons notamment en plaine de Neuville à Thouars. Moins les secteurs ont de relief, plus ces espaces doivent être vastes.

L'incitation aux initiatives intercommunales (et communales) de gestion des fonds de vallée.

- Inciter à l'acquisition par la collectivité ou au conventionnement avec le(s) propriétaire(s) ; un ensemble d'outils est disponible pour satisfaire un projet collectif de gestion d'un fond de vallée.

Encouragement aux projets s'appuyant sur le confortement des "évènements paysagers structurants".

- Entretenir et pérenniser les haies
Exemple : éléments bocagers en plaine de Niort : les haies existantes doivent continuer de jouer leur rôle dans le paysage.
C’est un objectif d’une grande importance. Les haies routières méritent une action complète de révision de leurs modalités d’entretien, en liaison avec les objectifs de visibilité du secteur et le respect des végétaux (création d’emplois).
Encouragement au développement d’actions, individuelles ou mieux, territoriales, à objectifs paysagers dans les futurs Contrats Territoriaux d’Exploitation (CTE).


           Pour l'évolution des modes de lecture

La constitution d'un fond iconographique des paysages.

De façon générale, les plaines de Poitou-Charentes ne bénéficient que de peu de représentations illustrant leurs spécificités au regard des plaines de la Beauce.
- Mettre en œuvre des protocoles de constitution de fonds iconographiques spécifiques peut-être un axe non négligeable pour tendre à remédier à cet état de fait.

La constitution d'observatoires de paysages (photographiques ou autres).

- Envisager la réalisation de programmes de jardins "observatoires de paysage" autour de sites remarquables notamment en dépression de Villebois-Lavalette où le patrimoine paysager est étroitement lié au patrimoine des parcs, jardins et sites emblématiques assimilés.

retour en haut de page

Quelques croquis (auteurs CASSINI, C. DOLLFUS-AMMOUR, paysagistes):   Croquis 1 : cliquer pour le voir    Croquis 2 : cliquer pour le voir


cliquez pour agrandir la photo
cliquez pour agrandir la photo

fiche illustrée
au format pdf :

268.51 Ko

Opérateur technique : ORE - http://www.observatoire-environnement.org - liste des pages
Membre actif du RPAPN : http://www.biodiversite-poitou-charentes.org/