Fiche précédente
Première fiche
     Vienne
Page d'accueil
Fiche suivante
Dernière fiche
Recherche


104
- Les Plaines de Neuville, Moncontour et Thouars

 
 
I. L’AMBIANCE PAYSAGERE
II. DYNAMIQUES ET ENJEUX DE PAYSAGE DANS LES PLAINES DE CHAMPS OUVERTS

I. L’AMBIANCE PAYSAGERE
 


      I.1. « ELEMENTS D'ANTICIPATION »

Les « éléments d’anticipation » (d’après des descriptions de territoires extraites de documents divers : écrits, dessins, peintures, photographies...) revêtent un rôle premier dans le domaine du paysage puisqu’ils agissent en tant que filtres (préalables) à notre perception collective. Selon leur nature, selon l’absence ou la force des « modèles » qu’ils véhiculent, selon l’étendue de leur diffusion, ils modulent sensiblement notre perception du paysage. La plupart des éléments de représentation de ce secteur converge sur un point : la ressemblance de la plaine avec les paysages typiques des grandes cultures sur terrain plat. En effet, au travers de la littérature existante, mais aussi de nombreux témoignages, la référence de la Beauce est fréquemment invoquée. Cette correspondance forte avec une forme très déterminée de paysage fait oublier –dans une certaine mesure– ses caractères spécifiques tels que, par exemple, la présence des horizons de tuffeaux au nord. Elle accentue surtout la nostalgie de paysages existant çà et là dans le secteur avant les grandes opérations de remembrements, et où les noyers, vergers et petites vignes jouaient un rôle plus marqué dans le paysage. Quoiqu’il en soit, cette référence au « modèle beauceron » a sans aucun doute joué un rôle déterminant dans les tournures prises par les réaménagements fonciers du secteur au cours des dernières décennies. Par ailleurs, la plaine ne semble pas avoir été considérée comme un sujet très pittoresque : l’examen de l’iconographie régionale, au cours de l’inventaire, n'a pas permis de repérer des peintures ou des écrits susceptibles de représenter ses paysages. Elle figure néanmoins dans le document pédagogique La clé des champs pour sa partie Deux-Sèvres. Nommée « Plaine de Thouars », son paysage est assimilé à celui de la plaine de Niort. S'agissant d'un document à vocation plutôt naturaliste, la plaine apparaît surtout comme l'habitat de certains oiseaux, en particulier du Busard cendré et bien sûr de l'Outarde canepetière. Enfin, il existe pour ce secteur des œuvres d'art contemporaines liées aux paysages de cette plaine. Au château d'Oiron, certaines « installations » les évoquent directement : le travail de Paul-Armand Gette autour des espèces herbacées rudérales des abords du château, ou celui de Joan Fontcuberta relatant l'extraordinaire découverte du Cocatrix, ce mystérieux animal de la région découvert par le Dr Ducroquet, en sont des illustrations significatives. D'autres artistes, invités peut-être dans l'avenir à travailler sur le site du château d'Oiron, pourraient encore alimenter l'imaginaire relatif à la plaine jusqu'ici assez pauvre en représentations.

retour en haut de page

Quelques croquis (auteurs CASSINI, C. DOLLFUS-AMMOUR, paysagistes):   Croquis 1 : cliquer pour le voir    Croquis 2 : cliquer pour le voir


cliquez pour agrandir la photo
cliquez pour agrandir la photo

fiche illustrée
au format pdf :

268.51 Ko

Opérateur technique : ORE - http://www.observatoire-environnement.org - liste des pages
Membre actif du RPAPN : http://www.biodiversite-poitou-charentes.org/